Les pauvres paient des impôts et « ruissellent » sur l’économie réelle, eux !

Une petite phrase polémique, une de plus, savamment distillée pour le plus grand bonheur de la presse et pour séduire un peu plus cet électorat de la droite populaire, celle qui fustige les « assistés » et veut « remettre la France au travail ». Car Macron le sait, cette image de président des riches il ne s’en défera jamais. Mais il sait aussi que pour gagner une élection présidentielle il faut à peine 20% du corps électoral et, la duperie totalement consommée, il a parfaitement conscience qu’il doit désormais les chercher à droite…