Emplois fictifs : un enregistrement accable Bayrou et le Modem

Chose promise, chose due. Nicolas Grégoire, qui avait mis le feu aux poudres du « Bayrou Gate » pendant la campagne présidentielle avec son papier Fictif(s) : deux ans à l’UDF payé par la République — des révélations sur un des principaux alliés d’Emmanuel Macron totalement ignorées par les médias mainstream avant le second tour de l’élection présidentielle — vient de sortir un livre intitulé « Pas avant le deuxième tour » (1). Une enquête édifiante qui nous plonge dans le monde corrompu de la politique et des médias et qu’il auto-édite sur Amazon, faute d’avoir trouvé un éditeur qui ne souhaitait pas « arranger » son travail, quand il n’essuyait pas un refus pur et simple pour des raisons politiques.

Ce jeudi, il révèle un enregistrement d’une conversation téléphonique avec Jean-Christophe Lagarde, député, président de l’UDI et tête de liste aux élections européennes pour son parti. C’était le 2 juin 2017, à l’époque François Bayrou était encore un éphémère ministre de la Justice. Lagarde accable littéralement l’édile de Pau et le fonctionnement de son parti, le Modem, entre emplois fictifs et détournements de fonds publics. Il laisse aussi entendre que si l’affaire sort à ce moment-là, le gouvernement n’y est peut-être pas pour rien… On vous laisse écouter !

Références :
1. Nicolas Grégoire, Pas avant le deuxième tour, 2019.
Livre électronique : https://www.amazon.fr/dp/B07S4CRC8J/
Livre broché : https://www.amazon.fr/avant-deuxième-tour-Nicolas-Grégoire/dp/1097603156/

Partagez cet article !

5 réactions sur “Emplois fictifs : un enregistrement accable Bayrou et le Modem”

  1. Guerfi

    Faire confiance c’est un mot qui na pas de sens avec ses personnages ils sont corrompu jusqu’à .la moelle et ça viens donne des leçons a la terre entière. Mais ils ny pas que la politique qui est gangrainer il nya plus de service public ils ont tous vendu leurs âmes au diables a l’image de l’éducation national le carnage ni plus ni moins les enfant sans aucun doute ils n’en non que faire l’hôpital c’est la même certains savent que leurs avenir c’est de manger dans la gamelle du gouvernement la police c’est la même et tout ce qui ne sont pas d’accord en payent les conséquence et dans toute ces corporation il ya des gens formidable mais ont les a bâillonner.

    1. Jacques

      Vous mettez dans un même panier les politiques et les fonctionnaires, tous les fonctionnaires. Mon épouse a fait 36 ans dans la fonction public hospitalière comme aide soignante, avec des infirmières et je peux vous certifier qu’elle n’a jamais eu comme seul et unique désir que de soulager la douleur,la souffrance et les craintes de ses patients et de leurs familles. Ce tous pourris est purement et simplement insultant. Je ne vous raconterai pas notamment sa dernière soirée de garde un soir de 31 décembre, vous ne pourriez visiblement pas comprendre.

    2. RGT

      Vous vous êtes très mal exprimé au sujet des fonctionnaires.
      Seuls les « hauts fonctionnaires (particulièrement ceux de Bercy qui détiennent les cordons de la bourse ET les moyens coercitifs de pressuriser le peuple), tous ÉNARQUES bien sûr sont à blâmer sans doute encore plus que les politicards qu’ils « abreuvent » de leurs conseils avisés afin de préserver leurs « avantages acquis » de par le statut de leur naissance.
      La cohorte de fonctionnaires qui sont asservis à chaque « haut fonctionnaire » lui doit une obéissance absolue sous peine de voir sa carrière compromise associée à une mutation au fin fond de la « basse Bretagne » (ou au fin fond de la Corrèze s’il est breton).
      Et comme ces parasites bénéficient de « promotions en regard de leurs œuvre exceptionnelle entraînant là un grand jeu de chaises musicales (dans lequel il ne manque AUCUNE chaise bien sûr) ils tiennent absolument à « laisser leur empreinte » en cassant toute l’organisation de leur prédécesseur au profit de la leur, les subalternes passent leur temps à essayer de comprendre les termes alambiqués décrivant leurs nouvelles affectations et ne peuvent donc plus s’atteler à leur mission première jusqu’à la prochaine promotion de leur « divin supérieur ».
      Même les shadocks n’avaient pas pensé à une telle organisation, et pourtant.

  2. robert

    cette multiplication d’affaires tordues : c’est trop ! comment peut-on avoir confiance à cette politique ! c’est écoeurant;

  3. Ali

    Des minables, hypocrites irresponsables. L’avenir de la France, leur passe au-dessus de la tête, ils s’en contre fiche du peuple, de la misère des gens. Ce sont leurs petites affaires tordues qui les intéressent.

Commenter