L’incroyable recul du gouvernement sur le glyphosate

Il aura suffi d’une matinée de mobilisation aux 200 agriculteurs de la FNSEA, qui ont bloqué la circulation sur les Champs-Élysées, pour obtenir un incroyable recul du gouvernement. Ils manifestaient contre la possible interdiction du glyphosate. En effet, fin août Nicolas Hulot avait annoncé que la France allait voter contre la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans la licence du désherbant toxique (1). Ce vendredi 22 septembre, après avoir reçu le syndicat agricole à l’Élysée, virage à 180° du gouvernement qui évoque par l’intermédiaire du ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, la possibilité de prolonger l’autorisation de cet herbicide cancérogène pour 5 à 7 ans. Une « reculade » qui intervient le lendemain de l’annonce du retrait de l’État des aides au maintien de l’agriculture biologique (2), triste coïncidence pour la planète.

Selon les céréaliers, le Roundup de Monsanto leur permet d’être concurrentiels face aux produits importés des États-Unis ou du Brésil et ils estiment qu’il n’existe pas aujourd’hui d’équivalent disponible. Et qu’importe si une étude publiée le 14 septembre par Générations Futures (3) révèle que plus de la moitié des aliments testés contiennent au minimum des traces de glyphosate, dont sept céréales du petit déjeuner sur huit ! Bien entendu pas question pour eux de remettre en cause leur mode de production, ce qui ne paraît pourtant pas si utopique (voir vidéo).

Cette capitulation soudaine du gouvernement est d’autant plus improbable qu’Emmanuel Macron a déclaré mardi à New-York : « la démocratie ne se fait pas dans la rue ». Un véritable gage d’espoir donc pour les manifestants contre les ordonnances de la loi travail. À moins que 200 industriels céréaliers aient plus de valeur que les dizaines de milliers de « fainéants » ou autres « cyniques » qui battent le pavé depuis le 12 septembre…
Quoi qu’il en soit, si cette annonce se confirme, ce sera un mensonge de plus à mettre à l’actif du gouvernement Macron. Quelque chose nous dit que ce ne sera pas le dernier ! #MakeOurPlanetGreatAgain

 

Références :
1. Hulot annonce que la France votera contre la renouvellement de la licence du glyphosate : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/roundup-la-france-votera-contre-la-reautorisation-du-glyphosate_115916
2. L’État se retire des aides au maintien pour l’agriculture bio : https://www.afp.com/fr/infos/330/agriculture-bio-letat-se-desengage-des-aides-au-maintien
3. Des résidus de glyphosate retrouvés dans nos aliments : https://www.generations-futures.fr/actualites/glyphosate-residus-aliments-rapport/

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



20 Thoughts to “L’incroyable recul du gouvernement sur le glyphosate”

  1. guilvert

    Premiere précision au rédacteur, le glyphosate ne permet pas d’augmenter les rendements, bref…. Au tre chose, je présume qu’une grande partie des personnes prônant l’arrêt de cette matière active préfère aller acheter des aliments espagnols ou d’autres pays dit Bio (regardez bien les normes bio dans ces pays !!!) que d’acheter du local !
    Enfin pour finir, mosanto n’apporte pas de soutient aux agris car la matière active est tombée dans le domaine public et donc n’ont plus de bénéfices à faire avec !
    Bref, écoutez les agris, leurs pratiques, leurs contraintes, buts, … #agridemain ….au lieu de critiquer sans rien y connaître !!!

    1. Wuko

      Manque de chance ce sont eux qui ont utilisé l’argument des rendements lors du dialogue avec Nicolas Hulot sur les Champs et plus tard quand ils ont été reçus à l’Elysée. Pour preuve je ne suis pas le seul à avoir repris cette phrase : http://www.20minutes.fr/planete/2137907-20170922-glyphosate-stephane-travert-evoque-prolongation-5-7-ans
      Si même eux commencent à utiliser des « fake news » sur leur métier on risque ne jamais s’en sortir.

  2. riot

    alimentation sans pesticide normal,avec pesticide anormal.

  3. patrtrak

    tien je ne savais pas que s’était la rue qui décidais!!!!!!

  4. quievreux

    Quand j’étais jeune, on ne trouvait dans le commerce QUE du bio car on n’avait pas encore pris l’habitude d’empoisonner les champs à grande échelle. le terme « bio » n’avait pas été inventé.Les agriculteurs fonctionnaient ainsi et cela marchait.
    Il est vrai que les hommes ont la mémoire courte et gobe tout ce qu’on leur raconte.

    1. Tancrede

      Quievreux… vous devez être très très vieux, moi, quand j’étais peune (j’ai 70 printemps) dans le cabanon du jardin de mon papa il y avait des produits en sacs ou en pots qui sentaient bien forts le bien peu « bio »… si le « bio » n’existait pas sur les étiquettes, le chimique était bien présent.

Commenter