Présidentielle : Et si le système se retournait contre le « système » ?

Tout est écrit, tout est verrouillé. C’est gravé dans la constitution et le code électoral, notre mode de scrutin a été créé par le système, pour le système : un scrutin présidentiel uninominal majoritaire à 2 tours qui permet d’élire un président qui représente en réalité 18,19% (Macron) du corps électoral, seulement deux candidats qualifiés pour le second tour, un vote blanc ou nul non comptabilisé dans les suffrages exprimés, sans même parler de l’abstention… Toutes les conditions sont réunies pour faire élire un candidat « idéal » et éventuellement faire barrage à l’extrême droite contre laquelle on invoque le fameux front républicain, né en 2002 pour soutenir Chirac face à Jean-Marie Le Pen. Le résultat était alors exceptionnel, 82,21% des voix, un plébiscite qui n’avait pourtant rien d’un vote d’adhésion. C’est normal nous dit-on, lors du 1er tour on vote par conviction, au 2ème tour on vote par élimination. C’est implacable, limpide…

Et pourtant tout cela n’a rien de démocratique n’est-ce pas ? À quel moment ce système est-il réellement représentatif du peuple français ?! Pire encore, les législatives reprennent ce même mode de scrutin mais cette fois-ci par circonscription, à la nuance près des critères de qualification pour le 2nd tour. Le hic c’est que les citoyens s’en rendent comptent et ils ne sont plus dupes. ils ont compris que finalement peu importe leur vote, les choses ne changeront jamais ! Elles ne changeront jamais car le pouvoir reste encore et encore entre les mains d’une certaine élite financière, dans un système qui a tout d’une ploutocratie ; une ploutocratie qui a complétement verrouillé un modèle qui n’a finalement rien d’une démocratie.

C’est un fait, le « Parti du Rejet du Sysètme » est déjà le 1er parti de France et de très loin. Mais il ne compte pas, il n’existe pas, seuls ceux qui votent pour un candidat ont le droit de s’exprimer. Cette situation arrange particulièrement le « système ». En effet, cela permet de faire élire un président et des députés qui sont en réalité très loin de représenter la majorité des français. Et puis que ferait-on si le vote blanc était comptabilisé dans les suffrages exprimés ? Il faudrait sûrement annuler le scrutin comme en Colombie et convoquer une élection avec de nouveaux candidats, un camouflet pour notre « démocratie » !
Mieux encore ! La sphère politico-médiatique se sert de cet état de fait pour donner des leçons et culpabiliser les abstentionnistes qui, en bons boucs émissaires, feraient le jeu du Front National. Alors soyons clair, l’abstention ou le vote blanc n’est pas un vote Le Pen ! Cela ne profite ni à l’un ni à l’autre ou plutôt cela profite aux deux candidats à parts égales. Un vote pour Le Pen c’est quand on met un bulletin « Marine Le Pen » dans l’urne, point !

Si jamais elle est élue, elle le serait avec 22 ou 23% du corps électoral au grand maximum (à peine 16,15% au premier tour) et le système ne pourra s’en prendre qu’à lui-même. Ce serait l’arroseur arrosé ! En effet, si les votes blancs étaient comptabilisés dans les suffrages exprimés, les abstentionnistes iraient voter et le blanc arriverait en tête. Il serait clairement impossible pour Le Pen de l’emporter et ce, même si elle récoltait plus de voix qu’Emmanuel Macron. Il est aussi intéressant de constater qu’aucun autre mode de scrutin ne permettrait à l’extrême droite de triompher, ni le jugement majoritaire (expérimenté par laprimaire.org) ni un éventuel régime parlementaire à la proportionnelle, qui la placerait très loin d’obtenir une majorité lui permettant de gouverner.

Le 7 mai prochain, ne votez pas pour un parti xénophobe et dangereux mais ne vous sentez pas obligés de voter pour ce « système » qui a tout d’une république bananière. Vous êtes libres de choisir de vous abstenir ou de mettre un bulletin blanc dans l’urne. Et quel que soit le résultat de cette élection, avant de culpabiliser, pensez aux véritables ennemis de la démocratie.

En bonus l’excellente chronique de Pierre-Emmanuel Barré



39 Thoughts to “Présidentielle : Et si le système se retournait contre le « système » ?”

  1. Nobru

    Qui que ce soit qui passe, ce ne sera pas à CAUSE des autres, mais bel et bien GRACE à celles et ceux qui auront voté pour.

    1. abd

      même pas.

      ce sera la faute à 30 ans de dérive, politique, médiatique, culturelle. un déplacement du discours dominant vers les thèmes favoris de l’extrême droite, la « lepenisation des esprits », un glissement de l’inacceptable vers le respectable dont les chirac (le bruit et l’odeur, loi sur le voile..), hollande (déchéance de nationalité..), sarkozy (identité nationale, etc), valls (les roms..), fillon ou estrosi malgré leur opportunisme anti-lepen et leur appel à voter macron, sont largement responsables. si lepen passe, se sera la faute à macron.
      et à ce(ux) qu’il représente.

      tu vois je suis pas dupe. maintenant, je vais dire pourquoi y aura écrit macron sur mon bulletin de vote.

      1) je ne veux pas de lepen président.

      le climat social et idéologique est déjà hyper tendu, je n’imagine même pas ce que cela impliquera de passages à l’acte raciste.
      voilà l’équation : les pouvoirs du président de la république + état d’urgence + police et gendarmerie acquises et qui n’attendent que ça (plus de 50% de vote fn au 1er tour chez les gendarmes à paris). quand ils lâcheront les chiens, ça va faire mal. et je veux vexer personne mais sérieux, c’est pas les antifas qui feront le poids.

      2) quant à macron,

      il est évident qu’il mènera de toute façon une politique dégueulasse à base de casse sociale, qu’il soit élu massivement ou pas. il justifiera sa politique soit en se positionnant comme « rassembleur » comme l’a fait chirac (mais qui l’a cru ?), soit si le score est plus serré, en invoquant un vote d’adhésion. ça ne changera pas grand chose à ce niveau là.

      par contre,

      il ne semble pas avoir de convictions autres qu’électoralistes.. toujours dans cette idée de dérive raciste de la société, on peut supposer que le niveau de cette dérive dépendra, (dans un premier temps du moins) du niveau d’attractivité politique du racisme. et donc du score de sa concurrente (qui ne l’oublions pas est déjà très haut).

  2. bigorno68

    il arrive que chez les humains , une énorme masse de gens se trompe, car ils ont eu le cerveau laminé par les merdias…je vais affirmer que 98.8% des votants exprimés se sont grandement trompés en ne votant pas pour le seul candidat propre, aimant, courageux JEAN LASSALLE. le seul à avoir fait 39 j de grève de la faim pour sauver son usine locale. le seul a avoir réellement marché presque 6000 km à travers le pays à la rencontre des citoyens. vous pourrez m’insulter, me moraliser, me contredire, me faire la leçon, je ne reviendrai pas sur cette page oueb.. adieu

  3. Abdes

    Autant je comprends l’abstention ou le vote blanc; autant j’ai du mal à comprendre l’apologie de ces votes.
    Si on vote comme ça c’est qu’on se fout du résultat donc pour demander aux autres de s’en foutre aussi?
    Ce que je vois surtout dans cette nouvelle vague des mêlanchonnistes, c’est vu qu’on a pas eu notre 6eme république détruisons la 5eme.
    Ce qui est pour moi très dangereux.

  4. Youenn

    Chers commentateurs, continuer à tergiverser mais surtout ne parler jamais, jamais du fond. Vous me faîtes rire ou pleurer. Ce qui vont à la pêche sont quand même les plus philosophes. Peut-être êtes vous tombés dans le piège mortel des élections piège à cons…je m’égare, il n’y a pas de piège, il n’y a pas de pensée. Nous sommes bien formatés.
    Juste un truc si vous êtes des démocrates, dont je ne suis pas sûr, la Marine et le p’tit père Macron premier sont en finale. Vous avez accepté quelle figure sur la liste comme les onze autres , donc si le verdict tombe, soyez beau joueur et prenez en dans la tronche pour 5 ans. c’est avant qu’il fallait aller gueuler dans les rues. L’avez vous fait?
    J’ai voté la Merluche au premier tour. Je dis ça pour me situer un peu et pour être honnète. La Macronie ne m’inspire pas du tout, s’il faut l’essayer
    , essayons la. Si laMarinelepènie passe, faudra faire avec…mais on a loupé une belle occase de changer les choses avec la constituante. Quand la liberté de construire s’offre à vous, cette liberté vous débecte tellement vous ne voyez que votre nombril ou alors l’analyse de la société vous est dictée par je ne sais qui . Quand il faut mettre les mains dans le cambouis,c’est plus difficile mais tellement plus jouissif. Au fait connaissez vous ce mot?
    Bon, je vous embête un peu mais sachez que le fait d’écrire rien qu’un petit message me dit que vous faîtes partie des gens, ceux qui ont besoin de communiquer et de comprendre. Bonne soirée .

    1. jevoteblanc

      Ça ne sert pas à grand chose sincèrement de remuer le passé….
      C’est ainsi, Macron sera notre prochain président et il s’en accommoder, après tout c’est l’expression majoritaire du peuple. Mais il est encore temps de se mobiliser pour un combat. Celui d’exprimer son désaccord avec les manipulations qui ont amener le peuple a voter majoritairement Macron, à dénoncer cette mauvaise parodie démocratique qui nous laisse croire (et encore on a l’impression que même ça c’est mal déguisé) que l’on a encore le choix. Ouvrons les yeux, voyons ce qui se déroule dans la pénombre et insurgés nous contre cette dictature mal déguisée en votant BLANC. Plus nous serons nombreux, moins l’élu aura de légitimité, plus nous aurons du poids pour exiger ce qui devrait être un droit constitutionnelle: la comptabilisation du vote blanc et la possibilité futur de renverser le résultat d’un scrutin. Croyez moi, si le vote etait blanc était compté, l’élection serait invalidée!

  5. pasconvaincu

    La réalité est trop simple : MLP a encore une chance de passer et ce n’est pas le moment de discutailler à coup de chiffres ou de prétexte d’une éventuelle conspiration d’un « système ploutocrate aux mains de l’élite financière qui musèle la sphère politico-médiatique ». Je ne suis pas sûr que l’emploi de ces mots ronflants permette de mener une véritable analyse qui ne s’alourdirait pas de ces généralités passe-partout. Il y a un moment pour discuter, un moment pour agir. Et dimanche, face au péril MLP, la question du vote blanc ne devrait même pas se poser.

    1. jevoteblanc

      Belle exemple de démocratie, on devrait interdit les isoloirs et vérifier si les gens votent bien comme il faut pour Macron. Quelle idée d’imaginer que tout ceci puisse être piloter de plus haut. D’imaginer que la projection que nous voyons est l’unique strate du pouvoir..
      Un petit passage par Platon ne vous ferrait probablement pas de mal et notamment la République!

    2. Wuko

      Chacun son avis, chacun son analyse, beaucoup de gens sont d’accord avec moi, d’autres avec vous, c’est ça la démocratie, pas celle qu’on nous impose dans cette campagne. J’ai toujours combattu les idées de l’extrême droite, mais le traitement médiatique binaire de cet entre-deux-tours est ahurissant. Je ne suis pas pour mettre la liberté d’expression en danger sous prétexte de devoir faire barrage au Front National, qui soit dit en passant n’a strictement aucune chance de l’emporter.
      Concernant l’emploi de « mots ronflants », je ne savais pas que le fait d’utiliser des mots français dont la signification est totalement appropriée était un problème. En plus de tuer notre liberté de penser vous voulez aussi tuer notre belle langue ?

    3. jevoteblanc

      Excellente analyse que je partage totalement!

    4. pasconvaincu

      Je regrette d’avoir utilisé le mot « ronflant », car il s’avère effectivement être polémique. Je suis au contraire un fervent défenseur de la liberté de penser, mais pour moi elle peut s’exprimer avec des mots simples. Les mots que vous avez utilisés et que j’ai mis en exergue sont certes tout à fait appropriés, mais à force d’avoir été utilisé à toutes les sauces, ils apparaissent un peu vide de sens. Ils ont aussi l’inconvénient de généraliser et donc de ne pas réellement traduire la réalité complexe qui nous entoure.
      Enfin, je suis peut-être plus âgé que vous, ce qui augmente ma crainte de voir passer le FN. Je ne suis pas persuadé que ce risque soit totalement nul, et tant qu’il reste une infime probabilité, je mets un bulletin se terminant par -on dans l’urne (peu importe que ce soit macron, champignon ou pelochon). Ensuite, je me sentirai plis libre pour discuter, débattre voire remettre tout à plat.

  6. Daniel

    Les commentaires me sidèrent ! bon, je n’avais qu’à ne pas les lire… Mais que ce soit les partisans du FN ou des autres camps, il ne ressort que de la peur et de la haine, avec une bonne dose de défaitisme anxiogène. Les contre Macron usent des mêmes armes que le FN, peur et larmes et grincements de dents à venir. Tiens, je vais faire du jardinage, ça me détendra.

  7. Fabrice

    « Si Marine le Pen est élu, le système ne pourra s’en prendre qu’à lui-même « . J’hallucine, c’est qui le système ? Notre démocratie a bien évidement des failles mais elle est ce que chaque citoyen en fait. Le système c’est chacun d’entre nous. Et chacun est responsable de ce qui ce qui va se passer dimanche soir car il a la chance de pouvoir voter. Je ne veux pas comme les américains me réveiller avec la gueule de bois. Un peu de pragmatisme et de sens des réalités, c’est parfois pas mal…

    1. Wuko

      Le système c’est chacun d’entre nous ? Ah oui, j’avais oublié que les millions de français qui le rejettent avaient contribué à l’écriture de la constitution et du code électoral, au temps pour moi.

  8. Fabrice

    « Marine LP n’a aucune chance de passer ». D’abord ce sont les urnes qui le diront, ne soyons pas trop présomptueux, et les votes en GB ET AIX US ne nous n’ont rien appris ?…

    1. Wuko

      Oui en effet, même dans le « pire » des scénarios, avec un report maximum des voix, elle obtiendrait 23% du corps électoral. Il faudrait donc une abstention + votes blancs et nuls de 54% pour qu’elle l’emporte. Or cela voudrait dire qu’il n’y aurait que 4,8% du corps électoral qui se serait reporté sur Macron au 2nd tour, scénario totalement impossible. Ceci s’appelle faire une projection de résultats, un exercice qu’adorent les analystes politiques en temps normal. C’est drôle, il n’y en a eu aucun dans cet entre-deux-tours, on a préféré se contenter des sondages, moins fiables et donc plus contestables… Il fallait faire peur que voulez-vous !

    2. jevoteblanc

      MLP n’a effectivement aucune chance passer je suis prêt à parier une caisse de champ avec celui qui veut. On en reparle demain soir avec un Macron élu à 61%. Je sais que ça en énerve certains, néanmoins si les certitudes sont rares dans la vie, celle-là est flagrante.
      Bon vote!

Commenter