Présidentielle : Et si le système se retournait contre le « système » ?

Tout est écrit, tout est verrouillé. C’est gravé dans la constitution et le code électoral, notre mode de scrutin a été créé par le système, pour le système : un scrutin présidentiel uninominal majoritaire à 2 tours qui permet d’élire un président qui représente en réalité 18,19% (Macron) du corps électoral, seulement deux candidats qualifiés pour le second tour, un vote blanc ou nul non comptabilisé dans les suffrages exprimés, sans même parler de l’abstention… Toutes les conditions sont réunies pour faire élire un candidat « idéal » et éventuellement faire barrage à l’extrême droite contre laquelle on invoque le fameux front républicain, né en 2002 pour soutenir Chirac face à Jean-Marie Le Pen. Le résultat était alors exceptionnel, 82,21% des voix, un plébiscite qui n’avait pourtant rien d’un vote d’adhésion. C’est normal nous dit-on, lors du 1er tour on vote par conviction, au 2ème tour on vote par élimination. C’est implacable, limpide…

Et pourtant tout cela n’a rien de démocratique n’est-ce pas ? À quel moment ce système est-il réellement représentatif du peuple français ?! Pire encore, les législatives reprennent ce même mode de scrutin mais cette fois-ci par circonscription, à la nuance près des critères de qualification pour le 2nd tour. Le hic c’est que les citoyens s’en rendent comptent et ils ne sont plus dupes. ils ont compris que finalement peu importe leur vote, les choses ne changeront jamais ! Elles ne changeront jamais car le pouvoir reste encore et encore entre les mains d’une certaine élite financière, dans un système qui a tout d’une ploutocratie ; une ploutocratie qui a complétement verrouillé un modèle qui n’a finalement rien d’une démocratie.

C’est un fait, le « Parti du Rejet du Sysètme » est déjà le 1er parti de France et de très loin. Mais il ne compte pas, il n’existe pas, seuls ceux qui votent pour un candidat ont le droit de s’exprimer. Cette situation arrange particulièrement le « système ». En effet, cela permet de faire élire un président et des députés qui sont en réalité très loin de représenter la majorité des français. Et puis que ferait-on si le vote blanc était comptabilisé dans les suffrages exprimés ? Il faudrait sûrement annuler le scrutin comme en Colombie et convoquer une élection avec de nouveaux candidats, un camouflet pour notre « démocratie » !
Mieux encore ! La sphère politico-médiatique se sert de cet état de fait pour donner des leçons et culpabiliser les abstentionnistes qui, en bons boucs émissaires, feraient le jeu du Front National. Alors soyons clair, l’abstention ou le vote blanc n’est pas un vote Le Pen ! Cela ne profite ni à l’un ni à l’autre ou plutôt cela profite aux deux candidats à parts égales. Un vote pour Le Pen c’est quand on met un bulletin « Marine Le Pen » dans l’urne, point !

Si jamais elle est élue, elle le serait avec 22 ou 23% du corps électoral au grand maximum (à peine 16,15% au premier tour) et le système ne pourra s’en prendre qu’à lui-même. Ce serait l’arroseur arrosé ! En effet, si les votes blancs étaient comptabilisés dans les suffrages exprimés, les abstentionnistes iraient voter et le blanc arriverait en tête. Il serait clairement impossible pour Le Pen de l’emporter et ce, même si elle récoltait plus de voix qu’Emmanuel Macron. Il est aussi intéressant de constater qu’aucun autre mode de scrutin ne permettrait à l’extrême droite de triompher, ni le jugement majoritaire (expérimenté par laprimaire.org) ni un éventuel régime parlementaire à la proportionnelle, qui la placerait très loin d’obtenir une majorité lui permettant de gouverner.

Le 7 mai prochain, ne votez pas pour un parti xénophobe et dangereux mais ne vous sentez pas obligés de voter pour ce « système » qui a tout d’une république bananière. Vous êtes libres de choisir de vous abstenir ou de mettre un bulletin blanc dans l’urne. Et quel que soit le résultat de cette élection, avant de culpabiliser, pensez aux véritables ennemis de la démocratie.

En bonus l’excellente chronique de Pierre-Emmanuel Barré

Partagez cet article !

Commenter