Roundup : les documents qui accablent Monsanto

Des documents publiés mardi 1er août dans le cadre d’un procès intenté à San Francisco contre Monsanto révèlent comment le géant américain de l’agriculture cherche à influencer les scientifiques et les médias concernant son produit phare, le Roundup.

Cette série d’e-mails a été divulguée par un cabinet d’avocats impliqué dans l’affaire, en voici quelques extraits accablants :

En 2015 notamment, Henry I. Miller, un chercheur pro-OGM de l’Université de Standford (et figure de la fameuse FDA) s’attaque dans le magazine Forbes aux conclusions d’une étude de l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer, dépendante de l’OMS, qui qualifiait le glyphosate de « cancérogène probable ». Or les e-mails révèlent que c’est Monsanto qui a demandé au chercheur si il souhaitait rédiger un article pour répondre à cette étude, ce à quoi il a répondu : « je le ferais si je pouvais avoir comme base un brouillon de très haute qualité »(1). C’est donc Monsanto qui a rédigé la quasi intégralité de cet article « scientifique ». Forbes a retiré l’article de son site internet au lendemain de la divulgation de ces e-mails et affirme n’avoir eu aucunement connaissance de la collaboration entre le le Pr. Miller et Monsanto.

Un autre document (2) montre que l’ancien rédacteur en chef de «Food and Chemical Toxicology», A. Wallace Hayes, était rémunéré comme consultant par Monsanto. Hayes avait notamment retiré une étude capitale et hautement dommageable pour Monsanto qui montrait que le Roundup et le maïs génétiquement modifié pouvaient être à l’origine de cancers et de morts prématurées chez les rats. Un e-mail surréaliste (3) envoyé à Hayes révèle les arguments de Monsanto contre cette étude : « Le traitement des animaux n’était pas éthique, ils auraient dû être euthanasiés bien avant que la tumeur ait atteint 25% du poids de corps de l’animal… » ou encore « Le professeur Séralini n’a pas révélé ses conflits d’intérêts. En particulier son passé à critiquer publiquement les OGM dans des articles aujourd’hui discrédités qui expliquent son analyse biaisée. » Un argumentaire des plus comique quand on connaît les conflits d’intérêts entre Monsanto et certains experts scientifiques.

Enfin de nombreux e-mails (4) font état de vifs débats internes sur les effets du Roundup. On y lit notamment de la part de la toxicologue responsable des produits à base de glyphosate : « On ne peut pas dire que le Roundup n’est pas cancérogène, nous n’avons pas fait les tests nécessaires sur la formulation pour affirmer cela. » Elle reprend ensuite la sémantique qui doit être utilisée : « Nous n’avons aucune raison de penser que le Roundup pourrait causer le cancer. »
Elle affirme ensuite qu’il est impossible d’affirmer que le Roundup est inoffensif pour la faune, la flore et le corps humain. En effet selon elle il cause d’importants dégâts sur les trois. Il faut donc utiliser la phrase suivante : « Quand le Roundup est utilisé selon les précautions d’emploi, celui-ci ne devrait avoir aucun effet secondaire irraisonnable sur l’Homme, la faune et son environnement. »

Ces arguments ne doivent pas être sans vous rappeler le fameux « Il n’y a aucune évidence scientifique qui permet d’affirmer que le (produit, médicament ou aliment transformé de votre choix) est dangereux pour la santé et/ou l’environnement » répété en boucle par les lobbys de l’industrie agro-alimentaire et pharmaceutique et souvent repris par les professionnels de santé et les médias.
Ces e-mails confirment en réalité ce que nous sommes très nombreux à dénoncer depuis de longues années sur la stratégie de manipulation de masse des lobbys qui prennent le temps de soigneusement discréditer leurs détracteurs, en utilisant le plus souvent des arguments fallacieux qui entrent petit à petit dans l’inconscient collectif à grands coups de campagnes de communication très médiatisées et appuyées par des « experts » qui n’ont strictement rien d’indépendants. Aujourd’hui vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.

Sources :
L’ensemble des e-mails révélés par BHAG : https://www.baumhedlundlaw.com/toxic-tort-law/monsanto-roundup-lawsuit/monsanto-secret-documents/
(1) http://baumhedlundlaw.com/pdf/monsanto-documents/22-Internal-Email-Demonstrating-Monsanto-Ghostwriting-Article-Criticizing-IARC-for-Press.pdf
(2) http://baumhedlundlaw.com/pdf/monsanto-documents/10-Monsanto-Consulting-Agreement-with-Food-and-Chemical-Toxicology-Editor.pdf
(3) http://baumhedlundlaw.com/pdf/monsanto-documents/9-Email-from-Monsanto-Collaborator-to-Food-and-Chemical-Toxicology-Journal.pdf
(4) http://baumhedlundlaw.com/pdf/monsanto-documents/27-Internal-Monsanto-Email-You-Cannot-Say-That-Roundup-is-not-a-Carcinogen.pdf

Commenter