Sacré Jean-Christophe !

Le monde politique est en ébullition, chaque jour qui passe apporte son lot d’affaires et de révélations orchestrées par une certaine presse d’investigation qui a le don de faire correctement son travail.
Il faut donc sauver le(s) soldat(s) corrompu(s), pardon, le système politique !

Comme dans toute guerre il faut abandonner des hommes au bord de la route, et comme dans toute guerre il faut des héros, ceux qui se dressent en chantres de l’intégrité du pouvoir ! Parmi eux Patrick Balkany, qui a appelé François Fillon à retirer sa candidature suite au Penelope Gate. Euh pas lui en fait, ce n’est peut-être pas le bon exemple.

Non, plus sérieusement, hier, mercredi 8 février 2017, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti Socialiste, s’est élevé pour dénoncer je cite « les affaires politico-judiciaires qui sont en train de pourrir la présidentielle ». Et oui, il est intelligent Jean-Christophe et il a compris que ce climat délétère autour des partis politiques d’appareil ne pouvait que conduire à une montée des extrêmes (ou à une révolution mais à priori ils se pensent à l’abri) à l’image de ce qui s’est produit aux Etats-Unis avec l’élection de Donald Trump. Il a donc enjoint Mr Fillon à se retirer de la course afin de ne pas favoriser l’élection de Marine Le Pen. Le fait est qu’il est difficile de donner tort à Jean-Christophe, qui tente enfin de donner de la hauteur au débat pour éviter une catastrophe annoncée.

Vous vous dites que cet homme doit être sacrément honnête et intègre, et qu’il faudrait plus de personnalités politiques comme lui dans ce pays. Et bien QUE NENNI ! Jean-Christophe a complètement omis qu’il était en concurrence avec notre ami Patrick Balkany pour le César de « l’ homme politique avec le plus de casseroles au cul ! ». Il pensait peut-être que le peuple avait la mémoire courte mais il a oublié que les archives avaient une mémoire d’éléphant (pas ceux du PS), d’autant plus depuis qu’un certain François F. de la Sarthe a créé cet outil formidable qu’est l’Internet.

Alors je vous résume rapidement le profil de Jean-Christophe notre repris de justice. En l’an 2000 il est condamné pour emploi fictif et recel d’abus de bien sociaux, à 5 mois de prison avec sursis et 100.000 francs d’amende (le poste lui avait rapporté 442.000 francs) dans l’affaire AGOS. En 2006, il remet ça avec une condamnation pour recel d’abus de confiance à 20.000€ d’amende dans une affaire de la MNEF qui lui en aura rapporté 190.000. Mais surtout il est de nouveau condamné à 6 mois de prison avec sursis. Et oui car Jean-Christophe réalise l’exploit de cumuler les peines de prison avec sursis !

Ah sacré Jean-Christophe, tu as voulu nous démontrer qu’on pouvait être un homme politique de métier tout en restant honnête, mais une nouvelle fois tu aurais mieux fait de te taire !

Vous ne pensez pas qu’il est vraiment temps de renouveler totalement notre système politique ? Moi si.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



Commenter