Vaccination obligatoire : Plusieurs élus réclament un débat dédié

Ce lundi 2 octobre, dans un salon de l’Assemblée nationale, des députés de tous bords se sont rassemblés pour une conférence de presse au sujet de l’élargissement de la vaccination obligatoire. Parmi eux Michèle Rivasi (députée européenne EELV), Caroline Fiat (députée FI), Laurence Cohen (sénatrice PC) mais aussi les députés de la majorité LREM Blandine Brocard, Jacqueline Dubois et Eric Alauzet ainsi que le député LR de Charente-Maritime Didier Quentin. Dans le cadre d’une démarche transpartisane donc, ils demandent à la ministre de la santé Agnès Buzyn la tenue d’un débat parlementaire dédié sur cette question (1).

 

En effet l’étude de l’extension de l’obligation vaccinale a été incluse dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, et le calendrier annoncé ne permet pas de prendre le temps d’entendre les différentes parties et de débattre sereinement de ce qui est pourtant un thème majeur de santé publique. On peut effectivement s’étonner de cette précipitation au vu notamment d’éléments récents venus alimenter le débat, comme cet avis de mars 2017 de l’ANSM (Agence nationale de sureté du médicament) sur les travaux du Pr. Romain Gherardi (2) concernant les effets sur l’organisme des sels d’aluminium présents dans les vaccins, seulement rendu public en septembre par le journal « Le Parisien ».

Ils dénoncent le fait que cette obligation vaccinale soit une réponse à la défiance des français envers les vaccins comme en témoignent les propos du Pr Alain Fischer (1) (qui avait organisé une consultation à la demande du précédent gouvernement) dans la revue « Responsabilité » destinée aux professionnels de la santé. Ils y voient un véritable passage en force. Imposer à défaut de convaincre, pas vraiment le credo de ces élus. D’autant plus qu’aucune urgence sanitaire ne justifie une mesure aussi brutale.
Était aussi présent lors de cette conférence de presse, Thomas Dietrich, ancien haut fonctionnaire du ministère de la santé qui avait démissionné avec fracas en février 2016. Il dénonçait notamment des pressions sur des sujets sensibles comme la vaccination et le fait que « la démocratie dans le domaine de la santé n’est qu’une vaste mascarade montée par les politiques » (3).

Cette décision unilatérale de la ministre de la santé Agnès Buzyn de rendre obligatoire 11 vaccins (au lieu de 3 actuellement) risque en effet de renforcer la suspicion des français autour de ce sujet. D’autant plus quand on sait que les laboratoires GSK et Sanofi ont effectué de la vente forcée depuis 2008 en fabriquant la pénurie du vaccin DTP (diphtérie, tétanos, poliomyélite) et en le combinant avec d’autres vaccins recommandés. Le 8 février dernier, suite à la plainte de plusieurs familles, le conseil d’État avait reconnu cet état de fait et enjoint au ministère de la Santé de prendre « les mesures nécessaires pour rendre disponibles les vaccins correspondant aux seules obligations de vaccination ». En rendant obligatoires les 8 vaccins recommandés à partir du 1er janvier 2018, Agnès Buzyn va contourner cette décision et rendre ce qui était illégal, légal (4) ! Quant aux labos, tout porte à croire qu’ils ne seront jamais inquiétés par la justice. Pourtant, en France, la vente forcée est sévèrement punie par le code pénal.
Pour ces différentes raisons il semble évident qu’un moratoire sur l’extension de la vaccination obligatoire soit au minimum nécessaire.

 

Références :
1. Conférence de presse du 2 octobre, communiqué de Blandine Brocard : http://www.blandinebrocard.com/vaccination-prendre-le-temps-des-debats/
2. Aluminium dans les vaccins, compte-rendu du conseil scientifique de l’ANSM du 8 mars 2017 : http://www.libreactu.fr/wp-content/uploads/2017/10/CR-CS-ANSM-2017-03-08_sequence-BNAA-Vacc.pdf
3. La fracassante démission d’un haut cadre du ministère de la Santé : http://www.leparisien.fr/societe/la-fracassante-demission-d-un-haut-cadre-de-la-sante-publique-20-02-2016-5564049.php
4. Obligation vaccinale, pourquoi Agnès Buzyn veut-elle aller si vite ? : http://www.libreactu.fr/obligation-vaccinale-pourquoi-agnes-buzyn-veut-elle-aller-si-vite/

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



2 Thoughts to “Vaccination obligatoire : Plusieurs élus réclament un débat dédié”

  1. CADET

    Ce qui est incroyable, c’est que les vaccins échappent à certains nombres de contraintes réglementaires obligatoires qui sont normalement nécessaires pour la mise au point des médicaments … les vaccins n’ont pas d’étude pharmacocinétique pour être mis sur le marché !?! c’est un scandale

  2. Alain Luc

    C’est la première fois dans l’histoire de France que des entreprises privées comme les laboratoires pharmaceutiques achètent directement et sans se cacher un gouvernement, un président, des ministres, des députés de la majorité et la presse toute entière qui devraient défendre les intérêts des citoyens et des enfants de ce pays et de toutes les communautés. Ces laboratoires ont clairement fait un coup d’Etat sans faire la moindre vague. Emmanuel Macron a ouvert toutes les portes à des compagnies voyous, criminelles, pour non seulement vendre leurs productions empoisonnées mais également imposer leurs produits toxiques sous couvert de loi qu’ils ont ordonnée au peuple à travers un Etat corrompu

    En affirmant publiquement que les mercure et l’aluminium utilisés somme adjuvants dans les vaccins sont sans danger, le ministre de la santé Agnès Buzyn ment aux Français. Des milliers d’études scientifiques sur le pan international prouvent la toxicité reconnue du mercure et de l’aluminium dans le corps du vivant humain animal ou végétal. Le mercure et l’aluminium sont tous deux des neurotoxines reconnues responsables de maladies graves liées au spectre autistique, aux maladies auto-immunes, neuro-dégénératives (alzheimer, parkinson ). On ne compte plus les maladies dont elles sont responsables.

Commenter